Devenir freelance dans la Data : Nos conseils

Les métiers de la Data se prêtent bien au fait d’être freelance : on peut être freelance Data Scientist, architecte Big Data, Ingénieur Data… Etre indépendant peut vous venir à l’idée si vous évoluez dans la Data depuis quelques temps.

En devenant freelance, on cherche une autre façon de travailler qui a ses avantages : une grande flexibilité de son temps de travail et la liberté de ses sujets. C’est vrai, mais mieux vaut y réfléchir avant de se lancer afin de prendre en compte tous les aspects de cette évolution.

DES QUESTIONS FONDAMENTALES À SE POSER EN AMONT

Suis- je suis assez expérimenté(e) pour proposer mes propres services de consultant ?

Le plus souvent, se mettre à son compte implique d’avoir un background de 2-3 ans dans la Data : le temps de disposer d’une réelle compréhension des technologies du Big Data, mais aussi des enjeux métier. Fort d’une méthodologie rigoureuse et de compétences solides, il est alors possible d’avoir sa légitimité en tant qu’indépendant.

Ai-je le profil adapté pour réussir en tant que consultant indépendant ?

En indépendant, vous travaillez pour vous et vous seul. Cela impose de devenir commercial : il faudra aller chercher vous-même  vos missions, prospecter, mais il vous faudra aussi faire votre comptabilité, votre communication, penser à votre stratégie et à votre positionnement… C’est quasiment une aventure entrepreneuriale et il faut faire preuve de persévérance afin de se constituer une clientèle. Par ailleurs, devenir indépendant implique de bien savoir gérer son temps pour jongler entre les différentes missions ; d’autant plus que les clients ne sont pas tous matures sur la Data et leurs projets ne sont pas tous définis. Il peut être difficile d’évaluer le temps qu’une mission vous prendra, il faut savoir s’organiser en fonction.

Comment trouver des clients ?  

La clef réside dans l’activation de votre réseau. Il faut parler autour de vous de votre intention de vous lancer en tant qu’indépendant.  C’est de là que viendront vos premiers clients. On ne peut que souligner l’extrême importance de bien faire son travail : il est impératif de faire fonctionner le bouche à oreille dans le bon sens. Les premiers clients viendront de votre réseau, les prochains du réseau de vos premiers clients.… Mieux vaut donc soigner sa réputation en étant connu pour un travail de qualité.

DES RÉALITÉS À PRENDRE EN COMPTE

Le risque de sentiment de solitude

En devenant indépendant, on se détache  des projets collectifs et bien souvent stratégiques pour l’entreprise dans laquelle on était impliqué. On évolue désormais seul, sans collègues et ce n’est pas forcément évident d’être livré à soi-même.

Le risque d’instabilité financière

La gestion de votre travail étant rythmée par les missions, vos revenus peuvent être par conséquent inconstants selon la courbe d’irrégularité de la demande. De plus, les retards de paiements peuvent se révéler une véritable source de stress quand on a des factures à payer et qu’on était habitué à avoir son salaire à la fin du mois …

Le risque d’une trésorerie mal gérée

Sous l’égide de certains statuts juridiques comme celui d’autoentrepreneur, il faut être capable de tenir sa comptabilité de manière autonome à défaut d’engager un comptable. Les charges sociales n’étant pas prélevées de suite, il s’agira de veiller à ne pas confondre revenus de son activité et salaire personnel.

A propos de l'auteur

Retour