Vincent Luciani

Co-fondateur et DG - Artefact

Son parcours

  • Diplômé de Polytechnique
  • Ancien Project Manager de McKinsey&Company
  • Entrepreneur en data depuis 2014

Interview réalisée en avril 2017

Bonjour Vincent, pouvez-vous nous présenter votre parcours?

J’ai commencé ma carrière en conseil en stratégie chez McKinsey à la sortie de Polytechnique. Au sein du cabinet, j’ai été sensibilisé rapidement aux évolutions  induites par le digital et j’avais notamment contribué à un rapport pour le G8 sur la data. J’ai rapidement réalisé que le Big Data allait bouleverser le secteur économique dans de multiples domaines et j’ai eu envie de me projeter dans cet univers.

Vous avez décidé de créer votre entreprise. Pouvez-vous nous raconter l’histoire d’Artefact ?

J’ai eu rapidement envie de me lancer dans le conseil marketing Data-centric et en regardant de plus près le marché, j’ai identifié un espace à occuper car les acteurs établis du conseil, les agences de communication et les pionniers du digital n’avaient pas tout à fait pris le virage de la data.

Il manquait une structure agile, s’appuyant sur des méthodologies conseil, capable de mettre en place des stratégies marketing pertinentes et adaptées aux nouveaux enjeux du digital.

J’ai lancé ma structure et au bout de 6 mois, j’ai réalisé qu’il y avait une véritable traction sur le marché et très rapidement l’équipe a grandi. Nous avons dû  faire l’effort de standardiser les process au plus vite pour maximiser notre potentiel de croissance.

De son côté, mon futur associé Guillaume, un ex-Google, partageait le constat que la Data était une innovation de rupture. Il travaillait sur le lancement d’un produit à haute teneur technologique et il nous a semblé  évident de combiner l’approche conseil et technologique en fusionnant nos 2 jeunes entités.

Guillaume avait fondé sa société Little Big Data aux côtés de Philippe Rolet, docteur en intelligence artificielle. Philippe, avec son expérience dans la Data chez Digimind et son expertise technique, apportait un savoir-faire crucial dans ce rapprochement. Philippe est aujourd’hui notre CTO chez Artefact.

Comment se positionne Artefact sur son marché aujourd’hui ?

Notre objectif est d’accompagner nos clients dans l’utilisation de l’intelligence artificielle et de la Data afin de construire le marketing de demain. Nous appuyons notre stratégie sur une conviction forte : l’automatisation progressive des taches permettra de libérer plus fortement de la créativité au sein des équipes marketing.

A ce stade, notre offre de valeur comprend plusieurs volets :

  • La mise en place d’une Data Strategy afin de déterminer ce que la Data peut apporter à partir d’un état des lieux des données activables au sein de l’entreprise
  • L’optimisation de la connaissance clients à travers la mise en place de cas d’usage intelligents de type scoring, segmentation clients plus fine…
  • Une offre de créa à l’image d’une agence de publicité avec un ancrage plus fort sur le digital
  • Un redesign global de l’expérience clients car la donnée permet de mieux appréhender les parcours multicanaux assez complexes des utilisateurs

Comment a évolué le marché de la data ces dernières années ? Où en est-on aujourd’hui ?

Concernant le marketing, je dirais qu’il y a eu trois vagues de transformation liées aux avancements technologiques.

La première vague du digital date du début des années 2000 et coïncide avec l’avènement de Google et l’émergence des réseaux sociaux.

La deuxième est celle du Big Data, qui commence au début des années 2010 : on comprend que les données sont cruciales et qu’il faut les rassembler et les collecter pour avoir une vision 360° du comportement des clients. Ce sont les premières demandes clients autour de DMP, d’outils de dataviz…

On entre désormais dans une troisième ère, la vague de l’intelligence artificielle, de la smart Data où l’on va chercher à automatiser les process à partir de machine learning et d’algorithmes  qui exploitent en temps réel la donnée.

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Nous venons de connaître une croissance exceptionnelle de 200% cette année, mais de nombreux projets sont à venir. Le pôle conseil gagne en maturité mais va continuer à croître, le pôle tech planche en continu sur le marketing prédictif et nous réfléchissons à une levée de fond pour encore accélérer notre développement notamment à l’international (l’Espagne peut-être ?). A plus court terme, nous avons déménagé dans de nouveaux locaux cette semaine et nous sommes très enthousiastes !

Quelles sont les qualités que vous recherchez chez un candidat ?

Pour les consultants, nous recherchons des gens polyvalents, curieux, structurés et rigoureux. C’est un domaine qui bouge beaucoup, il est nécessaire d’être ouvert, de se remettre en question et nous assurons en interne leur montée en compétences initiale sur les problématiques Data s’ils n’ont pas d’expérience dans ce domaine.

Concernant la Data Science, nous cherchons en priorité une expérience de 3-4 ans dans la manipulation de données.  Il faut être capable d’appréhender la complexité de la donnée et  d’être couteau suisse pour la récupérer et l’analyser.

Pour finir, la qualité première que nous recherchons pour tous nos profils est l’humilité. Dans un domaine ou les certitudes sont remises en cause en permanence, il nous semble que c’est une qualité sine qua none.

 

Retour aux témoignages